Avez-vous peur de l’arabe?

By Floriane Graignic

Il y a quelques jours, la toile s’est encore enflammée suite à la rumeur infondée, lancée par une mère d’élève du Sud de la France, que l’enseignement de la langue arabe allait être rendu obligatoire à l’école primaire. Il y a quelques mois, c’était une députée Les Républicains qui s’insurgeait contre le gouvernement, qu’elle accusait de vouloir introduire les langues « communautaires » à l’école. En dehors du fait que ces propos sont complètement faux et que l’enseignement de l’arabe ne sera proposé qu’aux élèves volontaires, au même titre que les autres langues étrangères – vous pouvez encore dormir sur vos deux oreilles, l’arabe représente toujours moins de 1% des langues enseignées à l’école ! – ces débats intempestifs montrent à quel point une partie de la société française reste figée dans l’intolérance. Voici ce que j’aimerais leur dire.

A tous les signataires de la pétition contre l’enseignement de l’arabe à l’école primaire, et à tous ceux que l’éventualité d’une telle mesure fait grincer des dents,

Que l’on s’oppose à l’enseignement de la langue arabe dès le primaire, soit. Il est vrai que les enfants de CP sont peut-être un peu jeunes pour s’atteler à l’apprentissage d’une troisième langue, sachant qu’ils doivent déjà se débrouiller avec le français et l’anglais. Mais qui a parlé de rendre obligatoire l’apprentissage de cette langue à l’école primaire ? Il s’agit simplement d’offrir à ceux qui le souhaitent l’opportunité d’apprendre une autre langue, pour se rapprocher de leur histoire familiale ou simplement pour répondre à un désir d’ouverture culturelle. J’ai moi-même côtoyé des élèves bénéficiant de cours de portugais pendant mes années d’école primaire et je n’ai jamais constaté une seule once de repli communautaire chez ces élèves. Au contraire, ils semblaient véritablement ravis de voir leurs progrès dans la langue maternelle de l’un de leurs parents, et de pouvoir communiquer avec certains membres de leur famille dans une autre langue que le français.

La vérité, c’est que vous avez un sérieux problème avec la langue arabe. Le développement de l’enseignement de l’italien, du chinois ou du russe, n’a jamais suscité une telle levée de boucliers. Si cette mesure avait concerné le collège ou le lycée, où les élèves sont capables de suivre une troisième langue, vous auriez également été contre, malgré le caractère infondé de votre argument principal – « qu’ils apprennent d’abord correctement le français » – dans une telle situation. Je suis vraiment affligée de lire certains de vos commentaires[1], selon lesquels l’enseignement de l’arabe serait « un affront aux valeurs de la République ». Vraiment ? Pour moi, les valeurs de la République sont celles de la liberté de choisir la langue que l’on souhaite apprendre, de la solidarité entre les citoyens, quelle que soit leur origine, leur culte ou leurs opinions, mais surtout, celles de la tolérance et de l’ouverture aux autres cultures. Il faut croire que je me suis trompée, qu’en réalité je vis dans un pays où vouloir apprendre une langue rare comme l’arabe, c’est faire preuve de communautarisme. Je suis Française (vous pourrez remonter mon arbre généalogique si vous le souhaitez, mais vous n’y trouverez aucune trace d’origine d’un quelconque pays de langue arabe). J’apprends l’arabe depuis un an, non pas par envie de partir faire le djihad en Syrie, ni de me convertir à l’islam (et quand bien même cela avait été le cas, chacun est libre de choisir sa religion, même vos enfants), mais par simple curiosité intellectuelle, par désir de découvrir une culture aussi riche que la mienne, souvent réduite à peu de choses bien terribles. En privant vos enfants d’apprendre cette langue, vous les privez de la découverte d’une civilisation qui a dominé le monde bien avant que l’Europe ne connaisse son âge d’or, qui fut bien plus avancée que la nôtre dans de nombreux domaines pendant plusieurs siècles, et dont les peuples actuels aspirent autant à la liberté, à l’égalité et à la démocratie que nous. Ce ne sont pas les Français d’origine arabe qui font preuve de communautarisme en décidant d’apprendre la langue de leurs ancêtres, c’est vous qui faîtes preuve d’intolérance face à une langue et une culture que vous ne connaissez même pas. Quand je lis que cette mesure aurait pour but « d’attirer l’électorat musulman au détriment de l’éducation de nos enfants », je me demande quel genre d’éducation vous donnez aux vôtres. En tout cas, ce n’est pas celle de la tolérance et de l’ouverture, dans un monde où les échanges se multiplient.

Enfin, retenez bien que tous les arabes ne sont pas musulmans et que tous les musulmans ne sont pas arabes. Il est insupportable de devoir encore lire de telles confusions : apprendre l’arabe, ce n’est pas se convertir à l’islam (Laurent Wauquiez parle arabe, et il ne s’est pas encore converti à l’islam à ce que je sache). L’arabe peut être enseigné de façon laïque, au même titre que n’importe quelle autre langue. Et ce n’est pas en enseignant l’arabe que l’on fabriquera des terroristes. En revanche, en refusant à des enfants le droit de se rapprocher de la langue de leurs racines, vous leur refusez le droit d’avoir une identité mixte, et c’est vous qui créez le communautarisme. Car ces enfants n’ont alors pas d’autre choix que de se construire contre une société qui condamne leurs origines. C’est vous qui les désintégrez. C’est vous qui les encouragez à aller apprendre l’arabe dans une école indépendante de la République, où la laïcité de l’enseignement n’est alors plus garantie.

Enfin, demandez-vous comment combattre le phénomène djihadiste sans connaître un mot d’arabe. Vous qui êtes enfermés dans votre mode de pensée, avec votre conviction de la supériorité des Européens sur les Arabes, vous frémissez dès que vous apercevez un homme ou une femme que vous identifiez comme arabe. Vous faîtes sans doute partie de ceux qui me regardent avec des yeux effarés quand je sors mes manuels d’arabe dans le métro, et que je m’amuse à effrayer davantage en envoyant quelques SMS dans cette langue. Vous avez peur, parce que vous n’y comprenez rien. En réalité, mon niveau d’arabe ne me permettant pas encore une grande variété de possibilités de conversations, vous tremblez en général devant des messages qui signifient simplement « j’étudie l’économie et la philosophie », « j’habite à Paris ». Mais tout de suite, vous imaginez que je suis en train de fomenter un attentat à la vue de tous. Ainsi, comme vous, vos enfants resteront, dans l’incompréhension, dans la peur, dans l’ignorance, tandis que d’autres hériteront des valeurs d’ouverture et de tolérance de la République française. Ils connaîtront leur ennemi (Daesh, pas les Arabes dans leur globalité, attention) et sauront le combattre, tandis que vous resterez enfermés dans votre étroitesse d’esprit, à demander plus d’intégration quand c’est vous qui rejetez ces populations.

[1] Lien vers la pétition : https://www.change.org/p/peuple-de-france-l-enseignement-de-l-arabe-d%C3%A8s-le-cp-pour-nous-c-est-non

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s