By Amandine Hess

 

Les vendanges sont terminées depuis un mois déjà à Epernay. Aussi, c’est une équipe de joyeux randonneurs qui a envahi les vignes de la boucle d’Avize et ramassait les derniers grains de raisin oubliés au sol.

Sciences Po environnement organisait sa première randonnée de la saison dimanche. Direction Epernay en TER pour les 20 randonneurs, pour les ¾ étudiants en échange. Ambiance mi-classe verte, mi-le Bonheur est dans le pré, 7 km à pied au-milieu des couleurs d’automne : beaucoup de rouge, d’orange et de brun.

L’altitude favorise les globules rouges. Les Bleus ont ainsi souvent coutume de s’entraîner dans les Alpes avant les mondiaux ou l’Euro. Puisse l’altitude d’Epernay suffire dans notre cas à nous fournir un bon bol d’oxygène avant les mid-terms !

C’est une grande première pour Rahi: “Je marche d’un point à un autre pour aller précisément quelque part mais je ne me suis jamais dis “Let’s go hiking!”. Aussi beaucoup de selfies pour immortaliser cette première fois, de pissenlits sur l’oreille et de brins d’herbe dans la bouche. Et quand la pente se fait trop raide, c’est l’occasion de leur apprendre “1 km à pied” ou de chanter l’équivalent canadien.

Ca chante aussi “Don’t stop believin” de Journey, emblématique de la série Glee. Album “Escape”, 1981 :

Just a small town girl

Livin’ in a lonely world

She took the midnight train going anywhere

Dans notre cas, Reims est la small town, Epernay est l’anywhere et le TER de 11h52 remplace le midnight train. Mais le titre de l’Album reflète bien l’état d’esprit du jour.

Apprendre à redécouvrir sa région à travers les yeux d’étudiants en échanges.

Il y eut beaucoup de photos et d’exclamations, parce que pour eux c’est tout nouveau, et digne d’un catalogue de voyage.

D’une mansarde abandonnée à une vieille porte ou un simple pissenlit, d’une haie de thuyas (“Mon Dieu c’est comme un mur vert !”) à un mur de béton, tout est prétexte pour s’écrier “Incredible!”. Certains se jettent à même le sol dans l’Avenue de Champagne pour pouvoir dire s’être roulé sur les pavés de l’avenue la plus chère de France (palmarès dû à la valeur de toutes les bouteilles stockées dans les caves des grandes maisons de champagne… #Le saviez-vous?).

Quand j’étais petite mes parents me traînaient aux traditionnelles randonnées du dimanche. C’était presque devenu un rite. Mais je ne pensais qu’aux dessins-animés de 18h30 que j’allais rater. L’habitude rend aveugle, on ne prête plus attention à rien. Mais les voir s’exclamer ainsi rappelle que se perdre dans des vignobles en automne n’est pas si commun. Ca vaut la peine de s’arrêter, souvent et longtemps – Google Maps annonçait 2h30 de marche, nous avons mis bien plus!

C’est peut-être le secret pour ne pas en perdre une miette. Regarder comme si c’était la première fois et pouvoir s’extasier qu’une haie de thuyas ressemble à un mur si vert ou à un bouchon de champagne, avec un peu d’imagination.

Ne manquez pas les prochaines excursions!

Sciences Po environnement s’occupe de tout, y compris retirer les billets de train, nous guider à l’aide de google maps et fournir le snack (Bio).

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s