« Parce que je suis plus grand, je suis plus fort, j’ai des flingues. »

By Sarah Tosca Levy, photos by Juliette Briey.

This slideshow requires JavaScript.

Samedi 1er avril, dans le vieux réfectoire, le sol était constellé de miettes –celles d’une brioche effritée, celles d’un immeuble éventré, celles des corps disloqués. Le petit déjeuner est servi. Au menu ? Un kamikaze, deux amants qui batifolent, une quarantenaire presque folle, une fille jetée à terre, une psychologue, des condoléances, des danses hallucinées. Drama’thalia, la troupe de théâtre du campus de Reims, nous offre une interprétation bilingue de « War and Breakfast » des plus goûteuses.

« War and Breakfast », c’est d’abord une pièce de Mark Ravenhill, publiée en Angleterre en 2008, soit cinq ans après le début de la guerre en Irak menée aux côtés des Etats-Unis, sous le gouvernement Blair. Initialement composée de seize scènes, la pièce aborde des sujets aussi variés et puissants que la guerre, le terrorisme, l’intolérance, sans pour autant sacrifier une certaine fraîcheur et une impertinence chères à Nathanaël Ruestchmann, le metteur en scène. « On a choisi de jouer six scènes, deux en anglais, quatre en français. On a aussi ajouté deux scènes de transition, qui sont plus légères et optimistes. Pour nous, il était important de réussir à faire sourire le spectateur, le faire décompresser entre deux scènes difficiles par leur violence.»

Les défis étaient multiples pour Drama’thalia, troisième troupe française à n’avoir jamais interprété War and Breakfast : le texte, poétique et noir, peu apprivoisable pour la mise en scène ; l’engagement frontal de la pièce et l’humilité qu’implique l’incarnation des victimes et bourreaux de la guerre. C’est d’ailleurs avec l’aide de Guillaume Piketty, professeur d’histoire à Sciences Po Paris dont les recherches portent entre autres sur le phénomène guerrier au vingtième siècle, que la troupe a pu nourrir son interprétation du texte.

Le résultat ? Une pièce mémorable au sens originel du terme – une pièce qui laisse des marques sans laisser indifférent, une expérience sensorielle portée par une troupe dynamique et émouvante. On se prend à fredonner « Où va le monde », chanson de La Femme ô combien pertinente et amère dans le contexte de la pièce ; on se crispe face aux sanglots d’une mère amputée de son fils mort au combat ; et surtout, on réfléchit, on n’arrête pas de réfléchir, on ne veut plus arrêter de réfléchir. Comme un enfant qui poserait des questions sur ce qui l’entoure, sur ce qui est évident aux yeux de tous – qui est bon, qui est mauvais, qui meurt et fait mourir.

Prochaine et dernière représentation le jeudi 13 avril de 19h15 à 20h45, Salle François Goguel (Paris 7ème)

Réservations et informations sur la page Facebook de la pièce : https://www.facebook.com/events/236991583436923/

Métamorphose

By Alexis Romet.

 

L’esprit fécond de juin fertilise la terre ;

La flore explosant, une festive éclosion

Parsème la forêt de germes de mystères.

Fol endroit, où s’opèrent ces transformations,

Dirige moi au travers de ton monastère,

Et montre moi cet arbre fort en ton bastion.

*

Gravé dans l’écorce de ce bois ancestral,

Un visage convulsionné se tord de peur.

Le temple sacré fait des fleurs ses vestales,

Prophètes le parfumant d’un fluide trompeur.

Au milieu de ce champêtre champ de pétales,

L’homme paralysé glisse dans la torpeur.

*

Les rameaux antiques du père trop âgé

Dissimulent la vérité aux yeux profanes,

Qui se fait feuillé dévot d’un voile ombragé.

Les sens étourdis par la jouvence diaphane,

Dans la pénombre se noient au lieu de nager ;

Puis, tel un bouquet, dans la vive passion fanent.

*

Avant que tu ne files dans la vieillesse,

Profite de ce vaste monde qui t’oppose ;

Laisse la nature surgir en ta jeunesse.

Libérant ton corps chaste d’une fin morose,

Elle te déflorera pour que tu renaisses.

Divulgue toi avec cette métamorphose.

An English Girl’s Search for Sun: A Snapshot of the South

By Jessie Williams

It was raining when we left Montpellier. The sky was a slate grey. The ground was glistening with pools of water; reflections danced and then burst into fragments as cars ploughed through them. Our FlixBus pulled onto the autoroute and the landscape outside blurred into one indistinguishable mass. Despite being around 927 km away, the weather was not dissimilar to that found in the UK – yes, it is a national obsession, and yes, my spring break was spent in search of that elusive white ball in the sky.

Marseille. 13.40pm. Azure blue sky. Finally, some sun on my pale skin. We walked through the old port, dragging our suitcases down cobbled streets in search of our Airbnb. Sea gulls flew overhead while buskers played down below. The smell of roasted chestnuts mixed with the salty sea air.

We visited the cathedral first – Cathédrale de la Major –  one of the largest in France with a capacity for 3,000. Built in a Byzantine-Roman style, it has a distinct oriental vibe with sky-high domes, beautiful mosaic floors, and vibrant colours.

Later in the day, we explored Le Panier, the city’s arty quarter with walls embellished with graffiti, tiny ateliers, and musty antique shops. It was quiet, apart from a few locals chatting and children playing on roller-skates. We walked down to the harbour, passing skateboarders circling in front of the Hotel de Ville, the tricolour fluttering in the breeze. Hanging our legs over the side, we watched the water gently swell, moving the boats, as the light faded and the wind picked up.

unnamed-2.jpg

Le soir; when the lights are reflected in the shiny black water and the old port buzzes with energy. For all the foodies out there, go to Bistrot L’Horloge –  I still daydream about the arancini balls I ate there.

On our second day in Marseille, we ventured further afield and walked to the Calanque de Sugiton. The sky was thick with fog when we started our hike. Google maps led us through some woodland, past pale craggy cliffs which loomed menacingly as we walked further into the disappearing mist, then we turned a corner and suddenly this vast expanse of turquoise loomed before us. The Med in all its glory; sparkling under the warm spring sunshine.

iPhones were whipped out and photos taken. It really was stunning. But the best part was the fact that we almost had this paradise all to ourselves – during the summer, it would be overrun with tourists, as well as the potential threat of wildfires. The uneven path led us to a rocky outcrop where we could survey the never-ending sea. The vista was breath-taking. If only we had longer to sit and take it all in. Alas, we had a train to catch.

The journey to Aix en Provence was quick – birds dipped and soared in the amber sky as the sun sunk and we sped inland. The impressionist artist, Cézanne, lived here; walking from the station we passed a statue of him with his art paraphernalia strapped to his back – ready for a painting session en plein air. Wandering through picturesque squares with old stone fountains in the centre, I too felt the urge to crack out some paint.

On Saturday we stumbled upon the weekly market held in Place Richelme. There were stalls selling everything under the Provençal sun – olives, cheese, meat, fruit, clothes, baskets and jewellery. We slowly meandered our way through the hustle and bustle, savouring the warmth of the sun on our backs. But don’t be fooled by this climate; at night the Mistral blew through the narrow streets – catching out anyone inappropriately dressed (me).

“Painting from nature is not copying the object; it is realizing one’s sensations”, said Cézanne, and it’s no wonder he – and countless other artists – felt so inspired by the natural world here. After a short walk up a hill, we sat in Cézanne’s garden with shafts of sunlight slicing through the trees, birds chirping and the view of the terracotta rooftops of Aix in the distance. It was the most relaxed I’d felt in a long time.

When we left the south, the sun was shining. It was hot on my face through the train window, and it burned on my mind for the 10-hour journey back to Reims.

The Way Everyone Laughed

By Alissa Kruidenier

March 6th of 2017, 1:46 am

There’s the way Harrison laughed in the sunlight holding a bottle of champagne, fresh grass and baguette and pure joy. Heat streaming through the Parc de Champagne, the way Sara and I fucked around and how Ryan always knew how to make me laugh. Arching a sarcastic eyebrow, the Place d’Erlon and a glass of wine and Jo forever fiddling with the camera to get that perfect shot. Moira and a blue sea and the wind and the realization I ought to have worn pants – the hail, the catacombs, hugging Jo again and running amuck through passageways of stone like liquid light. Nothing here was permanent, flitting in and out, running to painted boats in pursuit of cannoli like my life depended on it.

Acidic bubbles straight to your bloodstream, champagne tastes like dark grey streets and flashes of hot blue fun. There was the heated groove of Menton and the orange-yellow squares of mustard seed in Brienon-Sur-Armançon, fields whizzing past in trains and whisking by during overhead flights. The tedious calamity of grocery shopping, rows upon rows of nausea and condescending checkout women. Blundering hugs with Kivanç, the blatant laughter shared with Griffin, spiting the world and daring it to make another pass as the mist came down and the moss was blasted from the Cathedral walls.

Running past dizzying lights of Cologne, dodging through bustling markets as Guillaume and Ryan cackle behind me, holding on to my hair in desperation while Fridtjof carries all our bags. There was a tree too beautifully lit to ever take a picture of, and a dinner with Liz above Monaco as the sun fell and we sprinted through the train station to make it back to Nice just in time.

There was the light in Annie’s eyes, the way Jackie and Claire could kill a bottle of wine one-handed while walking down the street in a flat five minutes. I used to laugh on Will’s shoulder, clutching rosé and grasping my slippery sanity, and then I’d go to Harrison’s after where he and Tim would make chili lavishly and teach me to watch RuPaul. There was the way Justice laughed in the jardin of Rodin, skirt whipping in the wind and her face shining. That was the last time I ever went to the Musée d’Orsay, dodging through hallways as viscerally familiar as the one I grew up in while she and Harrison sipped coffee, waiting for me to get my fill of Degas and Monet and huge canvases covered in gradients of sparkling brushstrokes.

But between it all was the familiar current of California, the benign drama and bagels and insistent reminders to clean my room. Bela, so familiar she was like a pulse under my skin, holding me as I cried and wondered what it would be like to walk through three airports again to get to my other home. Past the pain was the dizzying height of Mount Etna, volcanic rock forming shrines around statues of the Madonna as our car wound its way up the mountain pass and into the mythical lair of the Cyclopes.

There was Berit, stunning and heartwarming in every way, laughter and spark and gluten-free vodka flavored with jolly ranchers. Jeremy and Pierre always had a hug and a piece of tough love to send me on my way, walking past roundabouts stacked with tulips in the springtime. There was the way David made me laugh, like the chocolate pudding he brought me while I was bedridden and the sun shone for the first time in months and small bits of sédimentaires settled in my kidney. Walking tipsy up the rue Saint Maurice, smashed wine bottles and distant screams and what it felt like to be carried home by Fern and Liz, who knew what it was to be scared and never asked anything in return for their care.

And now my throat aches and my stomach is scraped clean and I haven’t heard from Dion and Emil and anyone else in months. I remember the acrid fizz, the swaying drunken walks, the laughter drifting up through glass hallways as we ran, sprinting through rambling passageways and living in the present. In that space, in each of those seconds, we were sparkling and infinitely passionate, embers of promise and adventure and alcoholism – there will never be another moment quite like those, and there will never be anything to replicate the way that everyone would laugh.

Les aventures de Gaëlle reporter (2/2)

By Gaëlle Fournier

Lire la première partie.

2ème partie :

9:30 a.m : Après 30 minutes de marche, à 1 140 mètres d’altitude, la vue est impressionnante, offrant un point de vue magnifique sur la vallée et les îles environnantes des Saintes, de Marie Galante et de La Dominique. Profitant de dix secondes d’éclaircies, j’immortalise ce moment : le dôme de la Soufrière vient d’apparaitre. Il nous reste un peu plus de 300 m de dénivelé à escalader pour arriver au sommet du volcan.

gaelle1

Deux sentiers s’offrent à nous : le chemin des dames emprunté par la plupart des randonneurs en raison de sa “facilité” et le chemin des scientifiques, emprunté par les randonneurs les plus confirmés. La guide a fait son choix : ce sera le chemin des scientifiques ! Les paroles de la vendeuse de chez Decathlon prennent dès lors un sens nouveau : ” La Soufrière pour une première randonnée ? Et bien vous démarrez fort ! “et elle ne croyait pas si bien dire …

9:45 a.m : Parée de mon plus beau K-Way, je débute l’ascension du dôme par un vent et une pluie dignes de la Bretagne.

gaelle3

C’est parti pour (aller-retour) 4 heures et 8,6 km d’escalade sur la partie ouest du volcan, et plus précisément sur le Col de l’Échelle, afin d’atteindre le sommet. Le col porte bien son nom ; chaque pas sur le sentier rocailleux et escarpé est en effet stratégique, le moindre dérapage conduisant à une chute vertigineuse dans un brouillard qui se fait de plus en plus épais. Soudain mon père s’arrête : les fixations du lacet de sa chaussure droite, d’une marque pourtant réputée chez les montagnards, viennent de lâcher, un seul pied est désormais maintenu. Le groupe poursuivant l’ascension, nous décidons de continuer. Mais cinq minutes plus tard, le sort s’acharne sur notre famille des ” faux-savoyards ” : la semelle d’une des chaussures de ma mère se détache. J’avertis alors la guide qui tente de trouver une solution. Mon père va pouvoir continuer avec ses deux chaussures mais pour ma mère, l’affaire s’avère plus compliquée. Avec l’humidité, la semelle n’isole plus du tout son pied : elle va devoir continuer l’ascension sur un pied, l’un en chaussure et l’autre en chaussette. Angoissée depuis le début de la randonnée, ma mère est encore moins rassurée, d’autant plus que le vent et la pluie redoublent. À 1300 mètres d’altitude, il est trop tard pour rebrousser chemin et retourner à la Savane à Mulets. Nos coéquipiers sont admiratifs : ma mère va devoir réaliser l’ascension, déjà difficile bien équipée, sur un pied. Heureusement, notre groupe est solidaire. Tandis que Maë aide ma mère à gravir le sentier escarpé, un formidable esprit d’équipe se met en place. Tels les All Blacks, nous nous peignons les joues d’argile noire trouvée sur le sentier. M’agrippant de toutes mes forces à une corde, face au vide, je contemple, malgré ma peur, le paysage. C’est un paysage lunaire dans lequel la roche volcanique côtoie l’unique fleur du col, l’ananas rouge. Impossible de ne pas se sentir insignifiant devant ce spectacle saisissant.

gaelle4

11:30 a.m : Plus que quelques mètres à escalader avant d’arriver au sommet. D’un bruit continu et assourdissant, des émanations de gaz soufré s’échappent du plateau sommital de la Soufrière. C’est terminé, nous y sommes. Par intermittence, une vision panoramique de la Guadeloupe et de ses îlets environnants se présente à nous. Nous nous approchons des différents cratères : le cratère Dupuy, le gouffre Tarissan et le gouffre Napoléon. Le Gouffre Tarissan, rempli d’acide à 70 mètres de profondeur, est impressionnant. D’importantes fumerolles, gaz majoritairement composés de vapeur d’eau et de CO2, s’en échappent. L’odeur est particulièrement nauséabonde, due à la présence d’anhydride sulfureux. Maë nous raconte alors la légende du gouffre, selon laquelle ce dernier tiendrait son nom d’un vétérinaire du XIXème siècle dont l’intrépide curiosité l’aurait fait chuter dans l’abîme.

12:00 a.m : Après avoir pu admirer toute la puissance du volcan, nous reprenons les chemins balisés du parc national, en passant cette fois-ci par le chemin des dames. Au cours de la descente, nous partons à la découverte de deux points géologiques importants : l’éboulement Faujas et la Grande Faille. Si l’éboulement Faujas provient d’une éruption du volcan remontant à 1798, la Grande Faille, également appelée Fente Nord, sépare littéralement le volcan en deux jusqu’à son sommet. Elle renferme des nappes de gaz carbonique qui rendent dangereuses son exploration. Nous nous y arrêtons. Sa végétation luxuriante, constituée de fougères arborescentes, d’ananas montagne, de Siguine blanche et surtout de sphaignes multicolores gorgées d’eau, est captivante.

 gaelle5

12:30 a.m : De magnifiques points de vue sur la vallée, la Mer des Caraïbes et le petit cul de sac marin composent notre parcours. Tandis que nous nous arrêtons pour contempler les Monts Caraïbes, ma mère essaye tant bien que mal de replacer sa chaussette autour de sa semelle décollée. Une autre avait été placée en renfort mais s’est détachée en cours de route. La pause terminée, nous nous remettons en chemin. C’est à ce moment précis que survient l’impensable : la deuxième semelle cède, entrainant dans sa chute la destruction de la deuxième chaussure. C’en est fini pour la paire de chaussures de randonnée de ma mère. Une heure nous sépare de l’arrivée : elle va devoir l’atteindre sans chaussures. Mais notre guide ne l’entend pas de cette façon et s’inspirant de Yannick Noah, elle décide de finir l’aventure pied nus. ” D’autres guides le font. Et puis j’ai toujours eu envie d’essayer cette technique alors c’est l’occasion ! ” s’exclame-t-elle. Néanmoins, un autre problème se pose : la guide chausse du 41 et ma mère un petit 36. Je propose dès lors un compromis, celui de donner ma paire de 38 à ma mère et de prendre le 41 de Maë : l’écart sera ainsi moins prononcé.

13:30 a.m : Les derniers pas sont les plus difficiles. La récompense des bains jaunes n’en a été que plus belle. Après 5h30 d’efforts intenses, la chaleur de l’eau apaisant mes pieds endoloris se révèle être le plus beau des présents. Dans les bains chauds à 60 degrés, nous nous remémorons notre périple.

gaelle6

Au bilan : deux paires de chaussures de randonnées complètement foutues, des chutes, des images à jamais gravées dans notre mémoire et surtout, une sacrée aventure à raconter.

 gaelle7

À bientôt pour de nouvelles ” aventures de Gaëlle Reporter ” !

 

Les aventures de Gaëlle reporter

By Gaëlle Fournier

1ère partie :

Il est plus de minuit lorsque Morphée atteint ma chambre. Dans mon rêve, je suis au cœur d’un dilemme cornélien avec ma colocataire Cléa, son pot de pesto à la main – celui de savoir s’il est raisonnable ou non de regarder un autre épisode de Gossip Girl – lorsque “Barbara Streisand” retentit dans la pièce. ” Barbara Streisand ouhouhouhouhhhh ” se fait entendre et ce de plus en plus fort. J’ouvre les yeux. Que se passe-t-il ? C’est l’alarme de mon iPhone. Il est 5 heures du matin. Je tente de retrouver mes repères. Où suis-je ? En Guadeloupe et plus précisément à Saint-François. Quel jour ? Le 6 janvier 2017, profitant des vacances d’hiver communément connues par les sciencespistes sous le nom de ” winter break “. Je sors alors de ma chambre et me dirige vers la terrasse. Il fait encore nuit. La température est pourtant très agréable à une heure si matinale – 25 degrés – contrastant avec les températures négatives enregistrées au même moment en métropole. Mon sac à dos est prêt. À l’intérieur, on y retrouve l’équipement de base du randonneur : une bouteille d’eau, des pansements, une autre paire de chaussettes, un K-way, une polaire, un appareil photo, mon portable et spécificité de la randonnée en Guadeloupe, un maillot de bain en guise de récompense, afin de profiter des sources d’eau chaude situées au pied du volcan.

Saint-François – 6:00 a.m : C’est l’heure de partir. Deux heures de route sont nécessaires pour atteindre notre destination, qui se trouve à l’autre bout de l’île. Dans la voiture, le paysage défile. De ma fenêtre, les bananeraies, rhumeries, et plantations de cannes à sucre s’étendent à perte de vue. Ce sont des richesses dont la Guadeloupe bénéficie, son économie reposant majoritairement sur l’agriculture et sur nous, les touristes, qui attirés par le soleil des tropiques et la chaleur estivale surtout en pleine période hivernale, y posons nos valises régulièrement. En 30 minutes, le dépaysement est déjà total. Ma vue jusqu’alors habituée aux plages de sable fin bordées de cocotiers, aux lagons turquoise propres à l’aile Est de l’île, nommée Grande-Terre, s’accoutume désormais à des collines verdoyantes, avant de plonger dans la forêt tropicale, étape incontournable avant d’atteindre les montagnes volcaniques des Petites Antilles. Constituée d’un archipel de sept îles, la partie principale de la Guadeloupe, Karukera en créole, est en effet composée de deux îles disposées en forme d’ailes de papillon exotique, Grande-Terre et Basse-Terre, séparées par un étroit bras de mer répondant au nom de Rivière salée. Soudain le paysage devient sombre, une pluie torrentielle s’abat sur le par brise : nous sommes arrivés en Basse-Terre, île montagneuse et volcanique, au climat tropical humide, où le sable des plages s’est noircit. La végétation y est beaucoup plus dense, le relief beaucoup plus accidenté qu’en Grande Terre. Au cœur du parc national de Guadeloupe, nous arriverons bientôt à destination : le volcan de la Soufrière, culminant à 1 467 mètres d’altitude, nous y attend.

sundial1

Saint-Claude – 8:05 a.m : Arrivée dans le petit village de Saint Claude où un épais brouillard recouvre la route. Dans un virage, une petite cabane nous attend. À l’intérieur une jeune femme se présente : Maë, une vingtaine d’années, très souriante, va être notre guide pour l’ascension de la Soufrière. Nous sommes huit à avoir opté pour le menu randonnée. Le reste du groupe a, quant à lui, opté pour le canyoning. Un portugais ne cache alors pas sa déception lorsque Maë lui annonce qu’elle ne s’occupe pas du canyoning, préférant le volcan aux descentes en rappel. S’appuyant sur des années d’expérience en montagne, mon père me conseille de replier mes chaussettes de randonnée par-dessus ma cheville, mes nœuds de lacets ainsi que les crochets afin d’éviter de trébucher et surtout que mes lacets se défassent. Astuce de savoyard, me dit-il. Moi je trouve que ça fait plutôt Jean-Claude Duss des Bronzés font du ski que Savoyard, mais bon. La guide est de mon avis. Elle nous demande d’ailleurs si l’on vient de Savoie. Si Versailles et ses abords formaient une chaîne de montagne, j’aurais acquiescé, mais nous savons que ce n’est pas (encore) le cas. On nous doit alors désormais le surnom de la famille des ” faux-savoyards “.

8:30 a.m : Les présentations faites, une pause-café et dix minutes de voiture plus tard, nous voici enfin au point de départ du sentier de randonnée. Comme nous, ils sont 300 000 chaque année à venir tenter leur chance pour rencontrer la ” vieille dame ” comme la surnomment les Guadeloupéens. Au pied du volcan, à 950 mètres d’altitude, le site des bains jaunes, bassins d’eau tièdes alimentés par des sources thermales provenant du volcan, est un véritable spa naturel reconnu pour ses propriétés thérapeutiques. Édifiés par les militaires de la coloniale en 1887, ils sont régulièrement entretenus et nettoyés chaque semaine par le personnel du parc national. Dans une eau soufrée à 28 degrés, ils sont appréciés à la fois de la population locale et des randonneurs se prélassant après avoir gravi le volcan.

Les bains jaunes

9:00 a.m : C’est parti pour la première étape : l’ascension dans la forêt tropicale. Empruntant le chemin de randonnée de la Trace du Pas-du-Roy, nous nous enfonçons au cœur de la forêt tropicale, en direction de l’ancien parking de la Savane à Mulets. L’accès en voiture n’y est plus possible depuis l’effondrement d’une partie du Piton Tarade sur la route qui y menait, depuis le séisme des Saintes remontant à 2004. Construit par les militaires de la coloniale en même temps que les bains jaunes, ce chemin était à cette époque le seul passage pour atteindre les contreforts du volcan. Marchant sur les pavés, nous admirons la richesse du patrimoine végétal du parc national.

sundial4

Devant un arbre, saisissant une liane (qui s’avérera être, en réalité, une racine), la guide nous fait un petit point culture. Tel Julien Lepers, elle nous demande quel type de volcan est la Soufrière. C’est alors spontanément que je réponds ” Phréatique ” et … bingo, c’est une bonne réponse ! Je dois admettre qu’étant la cadette du groupe, j’étais la plus à même à répondre à cette question (et oui, qui aurait cru que mes cours de SVT de 4ème avec Mme Yver me serviraient un jour pour gravir un volcan).  Bénéficiant depuis 1992 du label international de Réserve mondiale de Biosphère de l’UNESCO, le parc national de Guadeloupe fait partie des territoires remarquables pour la qualité de sa biodiversité. Outre la richesse et la beauté de sa flore, il abrite de nombreuses espèces endémiques de l’île : des oiseaux, chauves-souris, mammifères, insectes et … 150 espèces d’araignées dont une mygale, connue sous le nom de mygale de la Soufrière ! Découverte en 1999, elle a coutume de se promener entre 700 et 1465 mètres d’altitude. En arachnophobe confirmée, mon sang ne fait qu’un tour : prions pour ne pas la croiser.

holothele_sulfurensis1

 

By Jetlagvoyage (Soufrière de Guadeloupe) [GFDL (http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html) or CC BY 3.0 (http://creativecommons.org/licenses/by/3.0)%5D, via Wikimedia Commons

À suivre …

A Day at the Louvre… Reducing Social Exclusion in France: Is Access to Culture the Answer?

By Jessie Williams

Our tour guide, Stephanie, leads us through the chaos of selfie sticks and tourists, her perfume leaving a trail behind her as we follow obediently through the crowd. Monday afternoon at the Musée du Louvre and the auditorium is alive with voices from around the world, but we only have ears for the melodic French voice coming through our headphones. Her calm explanations about the main oeuvres (from the Mona Lisa to Venus de Milo) makes the world’s largest museum – with over 30,000 objects on display – feel much less overwhelming and more like a walk down the Seine.

These tours are primarily for foreign tourists; a way for them to learn about France’s vast cultural history. But Stephanie also believes it’s essential for people living in France to have access to art. “I think that culture is a way of stopping exclusion in our society, so it’s very important to come to the museum as early as possible, that’s why we collaborate with many schools and many pupils.” But what about those people who cannot access culture so easily? According to a recent report by the charity, Secours Catholique, around 9 million people in France are living below the poverty line, which means they receive an income of less than €1,008 a month. This social inequality is at the fore-front of the battle for the Élysée Palace which is beginning to heat up ahead of the final round of the Socialist Party primaries, with the presidential election being held in April this year.

unnamed-1.jpg

Photo credit: Jessie Williams

France is a country brimming with history and culture; Bien sûr, it is the birthplace of Monet, Duchamp, Proust, de Beauvoir, Gainsbourg and Piaf to name a few. Paris in particular is seen as the centre of fashion, art, architecture and cuisine. The word ‘culture’ even comes from the French language, therefore many people feel that a lack of access to it can result in social exclusion and alienation from society.

One such person is Eléonore Lacroix, Executive Delegate at the RATP Group Foundation, who believes this is a particularly serious problem within France. “Culture is at the core of our identity, so you could say that you suffer much more in France from being far from culture, than it could be in a country with less history, with less culture, in which there is less evidence of this culture in all the codes and the way people are living and speaking.” She adds that “in France if you don’t share this kind of culture, this kind of heritage, then it’s very difficult to feel part of the life of the nation.” Lacroix describes it as being the real gap between the upper class and the lower.

This is why the RATP Group Foundation, one of the biggest public transport providers in Paris and the Île-de-France region, are trying to break down barriers to culture. By partnering with cultural institutions around the country, such as the Louvre, the group aims to encourage people from underprivileged backgrounds to visit and engage with culture. Lacroix describes RATP’s scheme as being like a metaphor: “As a company we bring people physically through territories, and as a foundation we try to bring them also through life, through difficulties, to help them reach a sort of place, a feeling of belonging to the community.”

The partnership with the Louvre began when the museum came to RATP with an idea. According to Lacroix, the museum told them that they had difficulties attracting people from disadvantaged backgrounds as taking the bus or the metro was difficult for them. The scheme has two parts to it. The museum helps people to access the art by training specific guides to welcome them and answer their questions while the RATP Group help the Louvre by financing the costs of the visit, and offering free transport by bus. They are accompanied by charity volunteers and usually come in groups, so as not to be scared by the thought of traveling alone.

The RATP Group has subsidiaries all over France, but Lacroix says that the people they help through the scheme mainly come from Paris, its banlieues and places in Northern France, such as Charleville-Mézières and Boulogne-sur-Mer. “These territories are more or less poor, and also far from Paris and far from culture.” Indeed, in 2015 a study by the newspaper, Les Echos, found that Boulogne-sur-Mer ranked in the bottom six zones in France for quality of life: 299th out of 304. It has been 11 years since riots ripped through council estates in Paris and other urban areas, which many saw as a sign of the harsh social divide within the country. More recently after the Charlie Hebdo attacks in 2015, Prime Minister Manuel Valls declared that there is a “territorial, social and ethnic apartheid” in France. It is these feelings of isolation and abandonment within the poorer areas of the country which Lacroix hopes the scheme will prevent.

With the presidential election looming, I ask Lacroix how she thinks it will affect the scheme – particularly if Marine Le Pen comes into power. She doesn’t seem too worried: “We have this core of the nation built on culture and you have some translations according to the political movement.” She says that you won’t find any French politician who doesn’t share this common idea. However, the difference is how easy they make it for people to gain access to culture. For example, Lacroix explains that those on the left view it as very important to open the doors and “make some mediation, some intermediaries” in order to help people to “climb the steps and to reach this culture.” Essentially Lacroix is talking about making culture more democratic, which she thinks is the “key part of the functioning of our society.”

This year, RATP will have a new partnership with Versailles, where people are invited to visit the Château, but also to “learn about the history and to rewrite it with their words to come into a sort of knowledge of French language, French culture, French history.” As well as this, Lacroix says that they have many projects with musical institutions, such as the Orchestra de Paris.

Back at the Louvre, Stephanie is explaining how she decided she wanted to become a tour guide. “I studied at the school of the Louvre and I had an amazing teacher. When I saw her talking about art, I thought it must be an amazing job and so I wanted to become exactly like her.” Maybe one day a child from the banlieues will be inspired to become an artist, or a teacher, because he or she had the opportunity to spend a day at the Louvre.