An Interview with Kellan Anfinson on Climate Change

By Cassandra Betts

What is the link between philosophy and climate change? How does one approach the climate change issue from a perspective other than the scientific one? Where does optimism fit into the picture? What can individual students do when faced with climate change? Kellan Anfinson sat down with the Sundial to explore all these questions and more. The teacher of multiple political theory courses at Sciences Po, Anfinson also teaches a course entitled “The Politics of Climate Change: Representations and Responses.” One of the most sought after courses during IPs, this class approaches climate change from sides beyond the traditional ones, exploring the links between climate change, Christianity, the economy, denial, and violence (to name a few.)

Anfinson, who is trained in political philosophy but has always been interested in environmentalism, started to dive into the issue more deeply for his dissertation, and was inspired by Kierkegaard’s theory of how one comes to believe in God. He asked himself the question: “What would it mean to believe in climate change the way that Kierkegaard believes in God?” From there, he took different concepts from different philosophers, including Nietzsche, and used these concepts to approach the momentous issue of climate change. “I got the idea to see what a class would look like where we try and just see it from a bunch of different sides, and see if some of those speak to us more and if some of those speak to us less. [We can see] where our own personal tipping points are, where we move from knowing about the issue to caring about the issue, or from knowing about the issue to finding our selves involved with the issue.”

Sundial: Talking about getting involved with the issue, it’s a really big issue and kind of daunting, do you think that individual actions do make a difference?

Anfinson: Yeah, definitely. Everything makes a difference. There’s always the question of scale and “a difference to what” but if it makes a difference to you to do one thing rather than another then you’ve already made some kind of difference. Sometimes I’ll talk to people and they’ll be like “well, I’ve become vegetarian or I’ve become vegan for environmental reasons and it produces these very difficult conversations with my family and even bigger problems when I visit my family, especially around the holidays.” I have friends who had to start cooking for themselves when they were twelve years old because their parents refused to accommodate their chosen eating style. And then when something that is a very minor issue in this way (for example saying I don’t want to have whatever cheese or some kind of dairy added to my vegetables) becomes a huge conflict, then you can see that it matters. Even if it doesn’t produce a change, even if it doesn’t convert your whole family, it makes them confront the issue. And when people get angry about it they deny it. And then that can extend all the way up.

You can have really momentous individual actions, like participating in protests, whether it be a march or, as people [including climate scientists] have been doing more in the United States, chaining themselves to the fence outside the White House. [This means that] there are very respected figures wearing suits who the police have to carry away. I think this matters even more. It puts more energy behind [your actions] and then you might decide not to fly. That seems like a very small thing that only you do, but every flight that you take, I forget exactly what the statistic is, but for example the flight from New York to London, if you just do that once [the emissions are equivalent to those of] the average driver in the UK who has a car. Just a one way flight takes a car off the road.

I think that everything is interconnected, and [actions] do build up. You get a level of resonance between personal action, community action, political action, and global change. An optimist would say ‘maybe all these things are starting to resonate together eventually and we will get some kind of meaningful global response in maybe the next ten years.’

Sundial: Optimism is a big question, it’s something that you’ve covered in your class, how optimistic do you think you are personally?

Anfinson: I’m an optimist in a dark way maybe? We all enjoy the world to various degrees. One of the questions at the heart of dealing with climate change is: could you still enjoy a world and love a world which was none the less capable, as this one seems to be, of catastrophic climate change that has the potential to plunge very large portions of the population into quite high degrees of suffering? Is that a world that you could find a home in for yourself, a spiritual home or an emotional home? I think if you can say yes to that question, if you can affirm that, then that’s not necessarily the most optimistic thing but it is …I would prefer to substitute the word ‘optimism’ with affirmation. Can you affirm various circumstances, even if you don’t want to predestine thing or believe that things will be good, especially when you want to be able to tell the truth about things that are not very nice to talk about and that sound very un-optimistic? There’s the argument that optimism gets in the way, that the desire to make things sound good, sound manageable, gets in the way of the ability to tell the truth about those things.

Sundial: Climate change is often associated with the hard sciences. What do you think is the role of other studies, like philosophy in the future of climate change?

Anfinson: You have one scientific view that will still insist that the data is there, that we just have to come to terms with the data and act on the data. But it doesn’t seem like that’s the way humans are, particularly in this instance. There are other scientists who are coming to terms with this. Maybe they’re not engaging in philosophy, but they’re saying that we need to engage in politics, we need to break down this idea that there has to be a strong division between objective science and political engagement.

If one of the key things that philosophy is trying to do is help us think about the meaning of our place in the world, then this is an immense time for philosophy. I think everyone is in some way a philosopher. Everyone likes to tell you how they see the world. When we start talking about things like the anthropocene, which might have a clear scientific definition that places it in a clear scientific category, using science we can say “we will be able to tell by the geological records that this is a new phase in the history of the earth.” That limits it in one way, because the whole label of the anthropocene opens up a philosophical question about what the role of humans on the earth is, what the meaning of human activity is, what the limits of humans are. I think it opens a lot of questions. I’m not saying that it’s the role of philosophy to answer them, but it’s useful to think about them philosophically and to explore them, and then maybe we can come back to the politics and the science with a little bit of a broader imagination and a new way of seeing things that will also give the type of activities that we have to engage in meaning. A lot of people writing about it will say “it seems like we’re going to have to consume a lot less, and own a lot less things, buy a lot less things, travel a lot less. A lot of people see that directly as a loss of meaning in life, a loss of value in life, and some may even say a life not worth living, but I don’t think that’s true. I think philosophy can help you give meaning to that. Also, if you’re in the camp of people who, when you think about environmental destruction and climate change you think it’s really just a technological problem. [Some people think] we just need time, and then we’ll have sufficient technology to engineer our way out of it, take carbon out of the atmosphere, build new habitable cities. [But] that technology doesn’t exist yet. It’s an issue of faith or an issue of philosophy. [Some people] see humans as fundamentally these rational beings without limits, who can achieve anything. I don’t deny that it’s a very nice picture, it’s pleasing in a lot of ways, but that’s fundamentally not an empirical observation, it’s a philosophical observation when you start putting your faith in a vision of humanity like that. Everyone’s tied up in philosophy, even if they’re not actively doing it.

Sundial: You brought up the point that a loss of consumption being equated to a loss of meaning, but there are groups of people who have never enjoyed this consumption. What do you think climate change means for the people who are not the consumers?

Anfinson:  Well I’d say it doesn’t look good. If we think that the political situation in Syria has produced a lot of refugees, that’s nothing compared to the number of refugees that climate change is going to produce. It’s kind of fascinating and surprising when you think that when some people imagine not being able to consume in the way they want to consume, they see that as a life not worth living, when at the same time there are people who have to leave all their possessions and their homelands and their family behind and journey into unknown places where they don’t speak the language, aren’t familiar with the institutions, aren’t familiar with the ecology and geography of the landscape, and the seasons. And yet they still find it worthwhile being alive, and worthwhile fighting for. And I think it is very interesting to see that contrast, and it can maybe serve as a bit of a reality check for people whose first intuition is that they can’t imagine being deprived of their consumption habits. They might be able to abstract from their own position for a second and come back and see that it’s not really so bad if I don’t have access to giant box stores filled with goods.

Sundial: What advice do you have to people who want to get involved, want to learn more about this issue but just don’t know where to start, because it seems so big and hopeless at times.

Anfinson: This is another place where small individual actions can be good. If people feel a lack of confidence and they feel ineffectual, even a small change can bolster their confidence a bit. I think every student when they get a nice grade on a paper (especially if it was higher than they were expecting) feels a nice surprise at their own efficacy and their own ability. Even if there are still problems, and even if there are still critical comments, they’re still feeling good about it. And that’s just a tiny thing. It’s one assignment that you wrote for one class in one year of your studies that you probably won’t look at again. [Climate change is] certainly something that can consume a lot of your time and energy if you want to give it to it, but it’s also enough to be a vigilant reader of the news. You can’t just read the front page because the environmental news gets slated to the bottom of the webpage, or to a separate section if you actually have a physical newspaper. Check those things out. Don’t just follow what’s happening with the next round of negotiations and agreements, try and follow the science sections as well. You don’t have to understand all of the science but we have very skilled science writers out there who are trying to translate the new things that science is seeing with climate change into a new language that is available for broader consumption. As you’re hearing something that might be a bit disturbing it’s also fascinating and empowering as well. You do really have a new knowledge about the world at that moment, and that’s a new knowledge that can inform the conversations you have with other people, the way you vote to the way you behave, the way you consume, whatever. You could give a lot, but you could also just start by looking at, first, the way you live your life, and second, how you read the news, which I think are very small entry points and very manageable for even a very busy student.

Compte-rendu de la conférence­-débat “COP21 : Quelle place et quels enjeux pour le développement durable en Afrique ?”

Par Marième Sy

Le 4 décembre 2015 s’est tenue à Reims la conférence-­débat : “COP 21 : Quelle place et quels enjeux pour le développement durable en Afrique ?”. Cet évènement a été organisé par le pôle Reims de l’Association des Étudiants de Sciences Po pour l’Afrique (ASPA).

Du 30 Novembre au 11 Décembre, la France a présidé la 21ème Conférence des Parties de la Convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (COP 21). « C’est une échéance cruciale, puisqu’elle doit aboutir à un nouvel accord international sur le climat, applicable à tous les pays, dans l’objectif de maintenir le réchauffement mondial en deçà de 2°C. » (Source : Ministère du Développement durable)

Cet accord est censé concerner tous les États, pays développés comme pays émergents et pays en voie de développement. Cependant, on note que malgré son faible taux d’industrialisation et donc de pollution, le continent africain est le plus touché par les effets du réchauffement climatique. Comment ces spécificités vont-elles être gérées lors de la COP21 ? Quel est l’avenir du développement durable en Afrique ? Les populations sont-­elles conscientes des enjeux environnementaux actuels ?

Les intervenants, après s’être brièvement présentés, ont chacun tenté de répondre au mieux à ces questions, avant d’en discuter plus précisément et directement avec l’auditoire.

Présentation des intervenants

Etienne MASSARD KABINDA
Homme politique gabonais et chercheur à l’institut de recherches en écologie tropicale, Etienne Massard est le Conseiller spécial du président gabonais en ce qui concerne les politiques environnementales. Il est également président du Comité de gestion de l’Agence Nationale des Parcs Nationaux du Gabon.

Benjamin BIBAS
Ancien directeur de la branche Afrique d’ Europe Ecologie les Verts, Benjamin Bibas est journaliste devenu documentariste. Ses sujets de travail l’ont souvent emmené en Afrique, où il est désormais impliqué. Il a publié en collaboration avec le collectif Wanga Maathai le numéro 7 des Notes de la Fondation de l’Ecologie Politique, intitulé “ COP21 : Réparer l’injustice climatique en Afrique”

Mildred BARASA
Journaliste kenyane secrétaire générale d’African Network for Environmental Journalists, qui représente environ 600 journalistes de 38 pays africains, Mildred Barasa est initialement spécialisée dans le domaine de l’égalité des sexes. Elle met ainsi en lien l’émancipation des femmes en Afrique et le développement durable.

  • Quels sont les enjeux du développement durable en Afrique et quelle place donner à l’environnement ?

B. Bibas a tout d’abord rappelé le lien étroit entre les conflits en Afrique et les ressources naturelles. En effet, en s’intéressant aux crimes de guerres, on remarque que l’exploitation des ressources naturelles est souvent au centre de conflits et envenime ceux les contentieux préexistants, en République Démocratique du Congo (RDC) par exemple. L’exploitation des minerais, qui relève du développement durable, est donc cruciale en Afrique.

La COP21 avait comme ambition de fixer un seuil limite de 2 degrés au réchauffement global. Cela reviendrait à un seuil de 3 degrés pour l’ Afrique, car le continent est plus victime des effets du réchauffement climatique que les autres. Sur les dix pays les plus vulnérables au changement climatique, six sont africains : la Guinée­-Bissau, la Sierra Leone, le Soudan du Sud, le Nigeria, la RDC et l’Ethiopie. L’Afrique s’est en réalité déjà réchauffée de 0,5 à 2 degrés selon les régions. B. Bibas a également signalé qu’il était nécessaire de demander une transparence maximale des multinationales implantées en Afrique et de mettre en place des mécanismes contraignants dans les négociations climatiques.

M. Barasa, elle, a souligné l’importance de faire comprendre à la société civile africaine (aux femmes dans les villages par exemple) comment l’environnement pouvait les concernait, afin qu’elle puisse comprendre à travers le prisme de la vie quotidienne ce qui se met en marche au niveau de la COP21. Parmi les problèmes environnementaux majeurs en Afrique, M. Barasa a souligné la pollution des eaux dues aux industries étrangères implantées en Afrique ainsi que la déforestation pour besoins industriels, qui amplifie la désertification. Les répercussions directes du changement climatique en Afrique sont d’ordre pluviométrique. Certaines régions connaissent en effet davantage d’épisodes de sécheresse tandis que d’autres font face à un nombre croissant d’inondations. L’agriculture étant une branche essentielle en Afrique, les conséquences sont catastrophiques. Les récoltes sont mauvaises ; par conséquent, la population migre vers des terres plus fertiles. Or, sur ces terres, elles vont rencontrer d’autres populations déjà implantées, ce qui va alimenter de nouveaux conflits. Enfin, M. Barasa a elle aussi signalé l’importance de sanctions et de réparations financières vis­-à­-vis des multinationales qui impactent l’Afrique en terme d’environnement.

E. Massard a lui d’abord rappelé que si l’Afrique était le continent qui produisait le moins de gaz carbonique et polluait donc le moins, c’était parce que c’était aussi le continent le moins développé industriellement. Si l’Afrique en avait les moyens, elle aurait pollué tout autant que les autres. Il serait donc injuste selon E. Massard de mettre l’Afrique dans une situation de simple victime. Il existe en Afrique des États rentiers qui profitent de l’exploitation du pétrole et se sont construits dessus, en utilisant de manière non efficace l’argent obtenu sans le redistribuer à leur population. Les sommes tirées des dédommagements, en plus de subir le même sort, alimenteraient un nouveau type de dépendance. L’Afrique deviendrait rentière du climat.

Aussi, E. Massard a affirmé qu’il était important de noter que traditionnellement, les populations sont sensibilisées aux questions climatiques souvent sans même le savoir. Lorsqu’une forêt est déclarée sacrée, interdite à la chasse car elle abriterait des esprits protecteurs, c’est que des ancêtres avaient remarqué qu’il s’agissait là d’une zone de reproduction. Ils avaient noté qu’en chassant dans ces zones, l’année suivante, il y avait moins de gibier. Ils ont donc interdit l’accès à ces terres, et par là, ont aidé à protéger leur environnement en l’entourant de règles qui leurs sont propres. La protection de l’environnement en Afrique devrait ainsi correspondre à des besoins concrets (ici, la chasse pour subsister).

En ce qui concerne les demandes de sanctions, E. Massard a rappelé qu’il serait difficile pour des États africains d’appliquer une pression quelconque sur des entreprises européennes, asiatiques ou américaines. Il faudrait un accord qui veillerait à ce que les ressources puissent être de nouveau utilisées par la suite de manière encadrée. Malheureusement, il y aurait un blocage sur la question des finances dans les négociations pour le climat. Il est parfois difficile de lier les négociateurs technocrates aux enjeux politiques.

Questions du public :

  • François Hollande a parlé d’un plan d’électrification de deux milliards d’euros d’ici 2020. A­t­on des informations complémentaires sur l’utilisation de ces deux milliards ? Une électrification complète et effective dans ce laps de temps est­elle envisageable ?

E. Massard : Il y a une réalité, qui est que l’ Afrique a besoin d’ électrification. Cependant, elle ne doit pas prendre la même voie que les autres continents. L’Afrique doit directement se tourner vers les énergies renouvelables. On a l’exemple du Maroc, qui possède désormais la plus grande centrale solaire au monde. Ce projet peut être reproduit ailleurs avec le financement nécessaire. Mais comment cette somme compte-t-elle être distribuée au niveau du continent ? Jean-Louis Borloo, lui, dans son projet d’électrification, parle de 35 milliards à investir. La somme avancée par François Hollande pourrait alors être une manière d’encourager les autres États à donner plus. Si la France a donné deux milliards, les États Unis pourraient en donner plus, ainsi que les pays asiatiques, jusqu’au moment où la somme nécessaire à l’électrification de l’Afrique serait disponible. Cependant, il faut savoir qu’il s’agirait nécessairement d’un prêt. Il faut alors attendre que plus de précisions soient fournies à ce sujet car il n’y a pas encore de mécanisme de mise en œuvre annoncé.

B. Bibas a partagé de manière générale l’avis d’E. Massard, mais a souligné l’importance de décentraliser la production d’énergie en Afrique. Dans la mise en œuvre de l’électrification, il faudrait jouer sur le local, et pas sur une seule centrale principale, qui se révélerait trop coûteuse. On pourrait utiliser le solaire et l’hydraulique de manière locale, dans les villages, en lieux et place de grandes infrastructures qui, elles, profiteront aux entreprises occidentales et asiatiques qui les mettent en place.

E. Massard : Oui, mais il ne faut pas oublier que l’ Afrique a besoin de cette industrialisation. Ces solutions locales peuvent être efficaces dans un premier temps, mais il faudrait des centrales dans le but de répondre aux besoins industriels de transformation de matières premières, afin de limiter la dépendance extérieure.

  • Les présidents parlent de sanctions au niveau de l’environnement en Afrique, mais comment, concrètement, cela va-t-il être mis en place ?

E. Massard : Pour parler de ce que font les États concrètement, prenons l’exemple du Gabon. Ce pays a atteint ses objectifs de réduction de gaz à effet de serre. Les réserves du pays sont garanties jusqu’en 2100, grâce aux politiques d’affectation et d’utilisation des terres.

12386695_10201035281720210_336219872_n

Le Gabon et la protection environnementale

B. Bibas : Au niveau de la contrainte, comme précisé plus haut, il serait difficile de contraindre de manière directe les États-Unis et l’Europe. Cependant, il y a des mécanismes différents. Il est possible, si un pays ne tient pas ses engagements en termes d’émissions à effet de serre, d’augmenter sa contribution au Fond Vert pour le climat.

M. Barasa : Spécifiquement par rapport au Kenya, il est à noter que si l’État ne sanctionne pas les entreprises, c’est pour ne pas les faire fuir. Elles créent des emplois pour une population qui en a clairement besoin.

Suite à cela, E. Massard a ajouté qu’il serait positif de responsabiliser les États en leur faisant effectuer des études d’impacts environnementaux avant l’implantation d’entreprises. A partir de cette étude, il serait ainsi possible de fixer des règles à ces multinationales.

  • Est ce qu’en Afrique les questions environnementales sont traitées à l’école ?

M. Barasa : Au Kenya par exemple, on en parle de manière légère aux plus jeunes, dans les petites classes. Mais par la suite, au lycée, les questions environnementales sont comprises dans la géographie. Il n’y a pas d’enseignement spécifique.

E. Massard : La question environnementale peut être traitée dans plusieurs matières à la fois, que l’élève pourra ensuite relier afin de comprendre tous les enjeux, car l’environnement concerne en réalité toutes les matières : c’est un ensemble. Le problème est aussi que, même si l’on parlait de manière plus directe de la question environnementale à l’école, un bien trop grand nombre d’enfants abandonne leur scolarité avant l’heure. C’est là un autre problème qu’il faut adresser.

Avant de clôturer la conférence, M. Barasa a tenu à appuyer sur le rôle des femmes dans l’enseignement concernant l’environnement. Il faut s’adapter dans ce cas aux réalités africaines, très singulières sur ce sujet. Passer par les femmes, qui sont le pilier de l’éducation et de la famille en Afrique, c’est garantir la transmission des idées importantes. Dans la pratique, ce sont encore les femmes qui vont marcher pour chercher de l’eau en dehors des villages, qui cuisinent au charbon et utilisent les arbres et leur écorce pour certains remèdes. Elles sont au cœur de la vie quotidienne : leur sensibilisation permettrait une grande avancée dans l’éducation des enfants.

Annexe : COP21 : Réparer l’injustice environnementale en Afrique

L’écologie à Reims, entre ambition et réalisme

By Lise Moutier

En voyant le climat d’incertitude qui a régné autour de la COP21, j’ai voulu tester mon optimisme écologique en changeant d’échelle. L’échelle locale, elle, fera peut-être preuve d’un dynamisme dont nous aurions bien besoin à d’autres échelles, nationale ou supranationale. A plusieurs reprises, il m’est arrivée de tomber sur des articles de presse concernant la ville de Reims, vantant son inventivité et son ambition dans la recherche et la mise en place de politiques favorables au développement durable et à la protection de l’environnement. C’est par conséquent avec curiosité que j’ai tenté de découvrir les arcanes de ce dynamisme, remontant à la source: la mairie de Reims.

This slideshow requires JavaScript.

Bien que convaincue par la nécessité d’avoir une échelle d’action locale innovante et ambitieuse lorsqu’il s’agit de l’environnement, les problématiques actuelles telles que les baisses des dotations de l’Etat aux municipalités, les effets de la crise tels que le chômage ou la précarité éloignent l’écologie des esprits des citoyens. L’enjeu, si ce n’est le défi, est donc, comme le résume le député-maire de Reimsn, M. Arnaud Robinet, de « répondre aux attentes des citoyens, tout en tenant compte des enjeux écologiques. ».

En m’accordant de répondre à mes questions, en variant les échelles d’analyses, M. Robinet m’a éclairé sur sa vision, celle de la ville de Reims et son état d’esprit face aux enjeux écologiques, me permettant de conclure que Reims est une ville qui s’est définitivement mise au vert.

Copie de IMG_4552

Catherine Vautrin, présidente de Reims Métropole et Arnaud Robinet, député-maire de Reims

Echelle supranationale :

  • Commençons par une question d’actualité. A quelques semaines du début des négociations dans le cadre de la COP21, pensez-vous que la rencontre débouchera sur un accord adéquat ?

Arnaud Robinet : Il règne actuellement deux inconnues autour de la COP21.

Après les attaques qui ont touché notre pays, la menace terroriste fait planer tout d’abord une ambiance particulièrement morose et risque de détourner l’attention des participants. La deuxième inconnue concerne l’état d’esprit des participants. Cet événement est très médiatisé depuis de nombreux mois. La nécessité d’obtenir un accord est précisément dans tous les esprits et apparaît comme une condition sine qua none pour le succès final du sommet. Cette volonté d’aboutir à tout prix, peut déboucher sur un accord a minima, sans contraintes réelles afin que le maximum de pays soient signataires. Dans cette optique la conclusion de la COP21 risque de solder finalement par un « Much ado about nothing »…

  • Quel rôle l’Union Européenne doit-elle jouer lors de la conférence dans quelques semaines ?

A.R : Naturellement, l’Union Européenne doit se faire le porte-parole de la particularité des enjeux européens lors de la conférence. Mais par-delà la COP 21, c’est dans l’application des mesures concrètes qui seront nécessaires pour décliner les objectifs définis en décembre à Paris, que l’UE a un rôle à jouer afin que tous les pays membres se dotent de législations identiques.
Il y a en effet le risque que certains pays s’exonèrent des mesures nécessaires à mettre en place, créant ainsi une forme de concurrence déloyale entre pays.

  • La trouvez-vous suffisamment ambitieuse dans la protection de l’environnement ?

A.R : On peut toujours prétendre que la politique de protection de l’environnement n’est jamais assez ambitieuse. Mais il faut également faire en sorte de ne pas se couper des possibilités de développement pour notre continent. Il faut de toute urgence favoriser le principe d’innovation, plutôt que se retrancher derrière le principe de précaution. Aujourd’hui, on a peur de créer et d’inventer, alors que c’est par ce biais que les solutions pour un développement respectueux pourront émerger.

Copie de IMG_4536

Thomas Dubois, vice-président de Reims Métropole délégué au développement durable

Échelle nationale :

  • L’Etat français est-il suffisamment ambitieux et innovant dans sa lutte contre le réchauffement climatique, la promotion d’initiatives locales et des circuits courts ?

A.R : C’est un peu la même réponse qui peut être appliquée tant au niveau français qu’au niveau européen. Il faut préférer le principe d’innovation, au principe de précaution (conçu à l’origine pour être un principe de responsabilité et s’est transformé en impossibilité d’agir).

Au-delà de ce constat, il faut remarquer que des signaux positifs ont été envoyés par les lois Grenelle. Force est de constater qu’aujourd’hui, derrière la coloration écologiste de la majorité gouvernementale, le renoncement a été acté. Notamment avec un budget de l’écologie en baisse continue ou encore, des dispositions écologiques qui ne sont plus axées vers un développement global de l’écologie mais font la part belle aux mesures restrictives, certes politiquement marquantes pour la majorité actuelle, mais davantage ostentatoires qu’efficaces. En matière d’écologie, il faut rappeler que les initiatives les plus ambitieuses sont nées sous des gouvernements de droite, depuis la prise de conscience de Georges Pompidou, du cri d’alarme de Jacques Chirac à Johannesburg en passant par les lois Grenelle, l’efficacité de l’action n’est pas forcément là où on le pense.

Copie de IMG_4535

Catherine Vautrin, présidente de Reims Métropole

  • L’Article 2 du Projet de loi relatif à de la transition énergétique et de la croissance verte affirme que: « L’État mène une politique énergétique internationale ambitieuse et cohérente avec les politiques nationales et territoriales, en particulier en matière de lutte contre le changement climatique. » Comment se manifeste cette ambition à l’échelle des collectivités territoriales ?

A.R : Bien souvent, il existe bien plus de ressources et d’inventivité dans nos collectivités concernant les initiatives écologiques et durables que dans certains textes de loi, dont certaines dispositions (comme celles citées) ne sont que du bavardage d’intentions, n’ayant aucune portée législative.

Par exemple, Reims adopte la règle du zéro-phyto depuis environ 10 ans sur les espaces verts. Nos services en la matière ont adopté depuis longtemps des démarches vertueuses : le recyclage des déchets verts, la généralisation des paillages, la mise en place de zones de jachères dans certains parcs pour favoriser la biodiversité, la mise en place de mesures de préservations de la faune, etc.

En ce sens nos collectivités sont ambitieuses. Nos collectivités sont également plus consciencieuses. Les collectivités comme c’est le cas pour Reims constituent des parcs de véhicules électriques, quand les ministères ont toujours les vieux réflexes des grosses berlines polluantes.

  • En votre qualité de député, pouvez-vous nous dire si les questions environnementales sont régulièrement abordées à l’Assemblée Nationale ? Ne sont-elles pas considérées comme des questions de second rang ?

A.R : Les questions écologiques sont très présentes à l’Assemblée nationale et ce bien avant que celle-ci ait compté un groupe écologiste, soit depuis 2012.

En effet, quasiment chaque texte comporte des dispositions ayant trait à l’écologie ou des textes spécifiques et ambitieux ont été proposés à l’examen de la représentation nationale comme ceux relatifs au Grenelle de l’environnement sous la précédente mandature.

Il faut signaler que la commission du Développement durable et de l’Aménagement du territoire est l’une des huit commissions permanentes de l’Assemblée nationale française depuis 2009 et ce parce que les questions environnementales sont devenues de plus en plus importantes dans les débats de l’Assemblée.

Copie de IMG_4528

  • « L’écologie », est-ce un mot qui fait peur à nos parlementaires ?

A.R : Ce n’est pas un mot qui fait peur aux parlementaires, c’est un mot qui inquiète souvent les Français car on confond écologie et écologisme.

Parce que c’est un enjeu pour l’avenir, ce thème ne peut être confisqué par un parti politique, davantage concerné par sa stratégie pour obtenir des circonscriptions ou des postes ministériels. Je préfère d’ailleurs parler d’écologie urbaine, un terme qui englobe tous les aspects pour construire quotidiennement une ville durable.

  • Y a-t-il une coordination suffisante entre les différentes échelles de l’Etat dans la mise en place de mesures efficaces favorables au développement durable ?

A.R : Bien souvent, il faut noter une inefficacité des mesures proposées. Elle provient de la non-coordination entre les différents niveaux de décision. Malheureusement nombre de dispositifs nationaux ou communautaires sont déconnectés de considérations locales.

Inadaptés aux réalités du terrain, voire totalement inapplicables dans le pire des cas, ces usines à gaz, loin de faciliter l’action, viennent entraver les initiatives locales.

  • Pensez-vous que l’échelle d’action locale soit suffisamment encouragée ?

A.R : Les marges de manœuvres existent, la prise de conscience de nos concitoyens encourage les collectivités à prendre des mesures simples mais efficaces qui contribuent à un développement durable. Par exemple des politiques volontaristes dans le cadre du tri sélectif. Cela peut paraître anecdotique, c’est pourtant un acte concret dont l’utilité est très clairement perceptible par nos concitoyens. Mais il faut se garder de penser que les actions locales sont suffisantes pour rétablir l’équilibre de notre écosystème et stopper le réchauffement climatique. C’est mondialement qu’une inflexion majeure et salutaire peut émerger. D’où l’importance d’un succès de la COP21. Un échec de ce rendez-vous, signerait un échec collectif et ce pour de nombreuses années.

  • Vous avez, dans votre programme de campagne en 2014, annoncé des mesures fortes pour encourager les initiatives vertes et plus généralement le développement durable, recevez-vous des subventions européennes dans le but de les mener à bien ? Des subventions de l’Etat ?

A.R : La baisse des dotations est une problématique majeure pour les collectivités locales, dans ce contexte il est très clair, que l’heure n’est pas à la multiplication des crédits pour mener à bien tel ou tel projet. Cependant, la Ville de Reims, en menant des politiques innovantes réussit à tirer son épingle du jeu, en particulier en matière écologique. Ainsi, Reims a été primée par l’Etat dans le cadre de l’appel à projets « villes respirables » qui a pour but de mettre en œuvre des mesures ambitieuses et exemplaires pour la reconquête de la qualité de l’air. Au titre de cette distinction, notre collectivité bénéficiera d’un appui financier et méthodologique de la part des services de l’État et de l’ADEME [1].

Ces ressources en baisse n’empêchent pourtant pas notre collectivité de financer les initiatives citoyennes en faveur du développement durable. Dans le cadre de l’appel à projet écologique que nous avions lancé et après le vote des Rémois, nous venons de financer la création d’un jardin partagé au cœur d’un quartier.

  • Quels sont vos projets achevés favorables au développement durable à Reims ? Vos projets en cours et futurs ?

A.R : Je veux mettre l’accent sur un aspect qui vise à réconcilier activité économique et considérations écologiques.

J’ai souhaité instaurer une politique qui vise à faciliter le stationnement. Parce qu’un certain nombre de nos concitoyens n’ont pas d’autre choix que d’utiliser leur voiture pour venir travailler. Reims est une ville à la campagne. Par conséquent nombre d’habitants de la périphérie n’ont pas la possibilité de remplacer la voiture par des moyens de transports en commun. Il faut donc faire en sorte que le centre-ville soit accessible et que l’on puisse s’y garer rapidement et éviter ainsi les bouchons ou les voitures qui tournent à la recherche d’une place pendant des heures.

Pour compléter cette offre et faire en sorte que les transports en commun deviennent une alternative facilitant réellement les déplacements, à l’occasion de la renégociation du réseau de transports en commun, nous avons souhaité une réorganisation qui vise à augmenter la vitesse commerciale (notamment avec la priorité aux feux rouges) et développe des parcours plus cohérents pour être en phase avec les besoins de circulation de nos concitoyens. Il faut également souligner, que suite notre démarche conjointe, menée avec Catherine Vautrin, présidente de Reims Métropole, désormais des navettes 100% électriques ont fait leur apparition en centre-ville, depuis l’été 2015.

Copie de IMG_4534

Catherine Vautrin et Arnaud Robinet

  • Mettre les questions relatives au développement durable en avant relève-t-il de convictions personnelles ou d’avantage d’une nécessité de répondre aux attentes des citoyens ?

A.R : C’est naturellement les deux qui conduisent mon action et celle de mon équipe. C’est le cas les nombreuses politiques publiques menées par la municipalité. A chaque fois, il faut répondre aux attentes des citoyens, tout en tenant compte des enjeux écologiques. Par exemple, concernant la rénovation de l’habitat, la Ville de Reims et Reims Métropole déploient un large panel de mesures afin d’inscrire cette rénovation dans un cadre écologique:

Le plan de rénovation des nombreux bâtiments municipaux permet à la collectivité d’avoir une démarche d’amélioration énergétique. (Notamment l’hôtel de ville dont la chaudière a plus de 50 ans et dont les travaux sont programmés)

Pour les particuliers propriétaires : exonération de 50% de la part communale de la Taxe foncière pour les travaux de rénovation énergétique et ce pendant 5ans.

Pour les locataires : la rénovation urbaine dans son volet de rénovation de l’habitat prend en compte l’aspect de la rénovation énergétique.

C’est un point essentiel pour une ville comme Reims où la proportion de logement social est élevée. On sait que précarité et précarité énergétique vont souvent de pair. Or avoir une politique de rénovation qui permet de réduire la facture énergétique contribue à alléger les factures des plus modestes.

  • Quel projet vert vous tient le plus à cœur dans votre ville ?

A.R : C’est naturellement la création d’un « Central Park » à la rémoise sur les Promenades qui constitue le projet le plus emblématique dans ce domaine. L’idée, issue de mon programme et choisie par les Rémois est de faire émerger un véritable poumon vert en hyper centre-ville et le valoriser puisqu’il sera dans la continuité de la coulée verte.

  • Le climat semble être un sujet allant au-delà des particularismes partisans, ainsi pensez-vous qu’avoir un parti dédié à l’écologie tel que Les Verts est d’actualité ? Travaillez-vous avec eux au sein de votre mairie ?

A.R : C’est un euphémisme de dire que les Verts ont voulu confisquer l’écologie pendant des années. Ils ont jugé qu’ils étaient les seuls préoccupés par l’avenir de notre planète, ce qui est un non-sens total.

Alors que leur parti explose aujourd’hui, en raison d’obscures considérations électorales, je suis bien en peine de vous dire si les Verts existent toujours et s’ils comptent encore comme des interlocuteurs crédibles.

Copie de IMG_4578

Catherine Vautrin, Arnaud Robinet et leur équipe recevant la Marianne d’Or du développement durable

  • Reims et sa métropole a été récompensé de la Marianne d’Or du développement durable, qu’est-ce que cela vous inspire ? Cela vous satisfait ou ce prix a renforcé votre désir d’action ?

A.R : C’est à la fois une reconnaissance de notre politique volontariste menée mais c’est bien sûr un encouragement à continuer dans cette direction. L’action saluée par cette Marianne concerne en particulier l’action de Reims Métropole depuis 2014 pour la transformation du site de l’ancienne base aérienne 112 au profit d’un domaine particulièrement porteur et dynamique sur le territoire, (notamment le pôle Agro ressources de Pomacle Bazancourt): la bio-économie et la valorisation des bio-ressources.

C’est pour cette raison que la collectivité a appuyé le projet de la ferme 112 qui va permettre de mettre en place les cultures expérimentales nécessaires à ce développement de la bio économie. A terme, l’enjeu est de trouver des alternatives crédibles aux énergies fossiles.

 *

L’échelle locale ne peut évidemment pas remplacer l’échelle d’action, supranationale, globale, et si l’on assiste à l’échec de la COP21, même toute la bonne volonté de nos municipalités ou des citoyens à leur échelle ne pourra freiner la catastrophe. En étant ambitieuse, cette échelle de proximité peut réveiller les consciences et aider les citoyens à s’encrer dans des comportements écocitoyens durables. Alors, pendant votre jogging le long de la Coulée verte ou simplement votre balade dans la ville, cherchez les expressions de l’ambition rémoise quant au développement durable et, si possible, participez-y.

[1] ADEME : Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie, établissement public sous la direction du Ministère de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie. Chargé de la mise en œuvre des politiques publiques en matière d’énergie et de protection de l’environnement.

COP21 – Fifth Day

By Elsa Polycarpe

nvb.png

Najat Vallaud-Belkacem’s opening speech for the launching of Education Day

  • Launching of Education Day by Najat Vallaud Belkacem and Ségolène Royal, dedicated to promote the teaching of environmental issues at school
  • 195 countries will be offered to negotiate a global agreement on climate disturbances
  • Summit of local Elected and mayors at the Paris City Hall, presided by Paris’ mayor Anne Hidalgo to highlight the commitments of cities and communities.

COP21 – Third Day

By Thomas Bedouet

On this 1st December, third day of the COP21, the world’s leaders have announced a few propositions.
After the (very mediatized) speeches of the Heads of States, most of the work has been delegated to small specialized groups called “spin off groups”. Thing is, those groups are closed to civil society, which make the assessment of their productivity difficult.

In other news:

  • A 2 billion euro plan allocated by France to African countries in order to promote sustainable energies. This is part of the 6 billion euro plan regarding the energy sector in Africa. Good news indeed, but it still raises the question of the 4 remaining billions. Will they serve to finance environmentally hurtful project?
  • Nicaragua has refused to deliver its Intended Nationally Determined Contributions (INDC) to the UN. The INDC indicate the efforts each country promises to realize in reducing carbon emissions. What are the reasons invoked by Nicaragua? According to the country, the INDC are synonymous of a geopolitical strategy of climate founded only upon declarations of good will. Nicaragua representatives believe that without a common vision and common framework, the COP21 is just a pure mockery.
  • An NGO, Climate Action Tracker, has revealed information about coal. If all the current projects of future coal-fired power stations are realized, carbon emissions would be 400% higher than the threshold of 2°C in global warming. And if all the stations that exist today remain in activity, carbon emissions would (very likely) be 150% too high.

 

COP21 – Second Day

By Elsa Polycarpe

Sans titre.png

– Opening of “Climate Generation areas”, which are public and free spaces held in Paris from the 1st to the 11th of December for those who wish to observe or participate to the international climate negotiations.

– 28 conferences on the topic “Forests and Agriculture” held in every Climate Generation areas

– Renewable Energies: France promises 2 billions of euros to Africa by 2020